mardi , 28 juin 2016

maison » MANCHETTES » Fusillade dans un club d’Orlando: environ 20 morts

Fusillade dans un club d’Orlando: environ 20 morts

By Rédaction

ORLANDO, États-Unis – Un tireur a fait feu dans la nuit de samedi à dimanche dans une discothèque d’Orlando, en Floride, faisant de nombreux morts et blessés.

La police locale a indiqué qu’au moins 42 personnes avaient été transportées dans des hôpitaux, précisant qu’il y aurait environ 20 décès.

L’incident est survenu … Lire la nouvelle

Source:: journalmetro.com

Fusillade dans un club d’Orlando: environ 20 morts Reviewed by on . By Rédaction ORLANDO, États-Unis – Un tireur a fait feu dans la nuit de samedi à dimanche dans une discothèque d'Orlando, en Floride, faisant de nombreux morts By Rédaction ORLANDO, États-Unis – Un tireur a fait feu dans la nuit de samedi à dimanche dans une discothèque d'Orlando, en Floride, faisant de nombreux morts Rating:

commentaires (1)

  • Voyage entre Cieux et Enfers

    La Poésie contre la haine :

    Le soleil de Tombouctou ( Partie I : Fatalité)

    « Le soleil se lève alors sur cette terre rougeâtre et désolée,
    Où pauvres hères et drôles languissent dans la pulvérulence,
    La vie s’est éteinte à tout jamais dans leur regard oppressé,
    Comme elle s’est éteinte sur ces dépouilles battues à outrance,

    Le soleil éclaire ces faces où subsiste une étoile d’espérance,
    Sa lueur s’attarde sur le visage d’un vieillard débonnaire,
    Embrassant ses oripeaux loqueteux qui respirent la misère,
    Il lui manque cinq doigts, c’est eux, eux! Dans leur violence.

    A quelque encablure de là, sur un étroit lopin desséché,
    Un enfant enturbanné et moribond engloutit la terre,
    Sa mère le fixe d’un œil vitreux, bras croisés sur sa nudité.
    Elle ne marque aucune surprise, les pieds dans la poussière.

    Tous sont dans l’expectative d’une liberté volée,
    Nul sourire n’illumine le masque terne de leur visage,
    Les bourreaux, non loin, ne cessent jamais de les surveiller,
    Tout de noir vêtus et leurs armes pointées, écumants de rage.

    Le soleil est la seule joie et la seule distraction de ces opprimés,
    Le soleil est leur espoir de vivre, il les accompagne chaque jour.
    Chaque jour, il les baigne de sa flamboyance telle l’Amour,
    Chaque jour, il les quitte pour les laisser à la nuit et à la cruauté. »

    ‘Voyage entre Cieux et Enfers’; tous droits réservés.

Laisser un commentaire

scroll to top